Chute de cheveux : bilan (?) de mes aventures

Bonjour à tous,

Hum hum, bon niveau rythme de publication je crois que là je bats des records en terme de manque de régularité mais c’est vrai que ces derniers mois ont été très mouvementés pour moi: entre changement de boulot et fin d’une relation qui était devenue très compliquée j’ai été pas mal occupée et j’ai délaissé le blog. Mais aujourd’hui j’ai envie de reprendre et de façon plus appliquée et régulière qu’auparavant car j’ai beaucoup de chose à partager ici. J’aimerais aussi diversifier les sujets du blog : parler plus de lifestyle, du bio et proposer plus de recettes DIY naturelles. J’ai aussi en tête de modifier le design du blog. J’aimerais bien créer moi même un design original mais pour ça il va falloir que je me penche sérieusement sur la question 😉

Bref, trêve de bavardage. Je reviens donc avec un nouvel article sur le bilan de mon traitement contre la chute de cheveux (si vous avez loupé l’épisode précédent vous trouverez les explications sur ce traitement ici).

Le traitement a vraiment bien marché sur moi. Les deux injections par semaines étaient un peu compliquées à gérer à cause de mes déplacements professionnels mais ça s’est fait :). Les piqûres ne font pas plus mal qu’un vaccin mais après chacun sa sensibilité.A noter cependant qu’une piqûres mal faite dans la fesse (oui parce que ce traitement s’injecte dans le fesse… glamour!) peut être dangereuse pour votre jambe, il est donc important que se soit fait par une infirmière. Aujourd’hui je ne perds plus autant mes cheveux et des petits cheveux ont commencé à repousser.  J’ai pu voir en comparant une photo de moi qui datait d’Octobre que ma raie était plus étroite signe que le crâne est moins dégarni! J’ai cependant eu un petit problème en fin de traitement car mon cuir chevelu a fait une réaction et j’ai eu beaucoup de pellicules mais c’est passé au bout de plusieurs semaines après la fin des injections.

Pour ce qui est de mon passage au bio: j’ai eu vraiment du mal à trouver un shampooing bio qui me convenait et j’en ai testé pleins. Je vous propose donc aujourd’hui une revue de shampooings bio et naturels.

IMG_5831.JPG

Le shampooing-douche de Ballot-Flurin (il n’est pas sur la photo car je ne l’ai plus mais vous le trouverez ici.

Les plus:

  • la compo est parfaite
  • il sent tellement bon le miel
  • il lave très bien les cheveux
  • on le trouve facilement en magasin bio

Les moins:

  • il coûte un peu cher
  • il emmêle énormément les cheveux, c’est une vraie galère

Bilan:

Un bon shampooing pour tous types de cheveux mais je le déconseille à celles qui ont les cheveux très longs et épais sinon bonjour la galère au démêlage. Il vous faut obligatoirement un bon après-shampooing avec ce produit.

Le shampooing Natessance au ricin (sa photo est également ici):

Les plus:

  • un grand format
  • un prix raisonnable
  • se trouve facilement en para-pharmacie

Les moins:

  • la compo n’est pas si clean (il contient des ammoniums quaternaires, proches des silicones)
  • le produit est extrêmement liquide et donc pas très pratique à utiliser

Bilan:

Ce shampooing ne m’a pas laissé un souvenir extraordinaire. Je ne rachèterai pas d’autant que sa combo ne fait pas vraiment rêver.

Le shampooing à l’argile verte de chez Cattier:

Les plus:

  • un prix raisonnable
  • se trouve facilement
  • très bien adapté aux cheveux gras, mes cheveux sont (un peu) moins dans un état ignoble le lendemain du shampooing

Les moins:

  • la compo n’est pas parfaite car il contient de l’ammonium laureth sulfate (ALS): un agent lavant un peu agressif néanmoins toléré par les labels bio. Cependant comme cet agent lavant est un peu fort le produit n’emmêle pas trop les cheveux.

Bilan:

Un bon shampooing si vous avez les cheveux gras et n’êtes pas gênés par l’ALS. Je recommande.

Le shampooing pour cheveux gras au thym et au romarin de Melvita:

Les plus:

  • équilibre très bien les cuirs chevelus gras, c’est le plus efficace que j’ai testé bio et non bio confondus
  • sent bon
  • vegan et non testé sur les animaux

Les moins:

  • il est discontinué par la marque 😥

Bilan:

Un Graal disparu que je regrette amèrement. Si jamais vous le trouvez dans un magasin qui l’a encore en stock: foncez, faites du back-up! Son successeur au romarin et au citron (à côté sur la photo) n’est pas du tout au niveau et fait les cheveux poisseux. J’ai eu le même problème avec le shampooing de la même marque au pamplemousse et au miel que je ne recommande pas du tout. J’aurais donc tendance à déconseiller les shampooings Melvita.

Le shampooing anti-pelliculaire de chez Cattier:

Les plus:

  • je cherche encore

Les moins:

  • pue la mort! Plaisir d’utilisation zéro
  • aucune efficacité sur les pellicules après un mois d’utilisation un jour sur deux. J’ai fini par craquer et à le remplacer par un shampooing Yves Rocher avec une combo dégueu mais vraiment efficace.

Le bilan:

A n’acheter sous aucun prétexte!

 

Voilà donc où j’en suis pour le moment. Je pense faire une cure de compléments alimentaires bientôt mais je voulais laisser à mon corps un peu de répit après les injections pour éviter de faire une réaction.

Courage à toutes celles qui ont des problèmes je chute de cheveux et si vous avez des solutions à partager n’hésitez pas à en faire part ici.

A bientôt (pour de vrai),

Blush and cie.

 

 

Recette de déo DIY, mon avis, mes conseils

Bonjour tout le monde,

Bon désolée j’ai eu du mal à tenir mon planning annoncé dans le dernier article à cause de déplacement professionnels. Pour vous donner une idée  je n’ai été chez moi que les week-end lors de ces deux dernières semaines :(.

Avant de commencer avec le sujet du jour je souhaiterais aussi vous dire que j’espère que vous allez toutes/tous mieux depuis les évènements du 13 Novembre et qu’aucun de vos proches ne sera absents pour les fêtes à cause de cette barbarie sans nom. Il est un peu difficile après ça d’enchaîner sur un article de cosmétiques mais comme je réagi tard sur le blog ça aurait sans doute fait bizarre d’y consacrer un article à part et je ne voulais pas ne pas en parler.

Aujourd’hui on se retrouve donc pour un sujet léger et hautement glamour : le déo! Toujours en quête de cosmétiques plus écologiques et naturels j’ai décidé une fois mon déo du commerce fini de me tourner vers une recette de déo maison. J’ai trouvé cette recette sur interne que j’ai voulu tester:

  • deux cuillères à soupe de beurre de karité
  • deux cuillères à soupe d’huile de coco
  • une cuillère à soupe de bicarbonate de soude
  • 5cl de vitamine E liquide (trouvée chez Aromazone)
  • quelques gouttes d’huiles essentielles (on recommande souvent le tea tree et la palmarosa pour leurs vertues anti-bactériennes).

image

Pour fabriquer ce déo c’est tout simple: vous faites chauffer le beurre de karité et l’huile de coco quelques secondes au micro-ondes puis une fois qu’ils sont liquides vous ajoutez les autres ingrédients en mélangeant bien à chaque ajout. Vous laissez refroidir une heure au frigo et c’est bon :). Le produit se conserve au frigo.

Sur le papier cette recette me plaisait beaucoup. Mais voilà j’ai rencontré un problème de taille lors de la fabrication : tout le bicarbonate (et donc l’ingrédient anti odeurs) est tombé au fond lors du temps de refroidissement. J’ai donc essayé de laisser le produit réchauffer un peu et j’ai mélangé pour faire monter le bicarbonate. J’ai aussi saupoudrée la surface du produit avant de mélanger à nouveau.

Ce déo marche très bien avec un petit bémol quand même : le bicarbonate de soude que j’ai utilisé ressemblé à du sel de table du coup je me retrouve avec pas mal de petits grains sous les aisselles (instant glamour) ce qui n’est pas très confortable et assez irritant. En faisant plus de recherche sur internet j’ai appris qu’il existant du bicarbonate avec une texture plus « sucre glace » qui se fondrait mieux à la préparation et éviterait d’avoir ce problème de grains sous les bras. Donc voilà mon petit conseil : si vous voulez réaliser cette recette faites attention à la texture de votre bicarbonate 😉

Et vous utilisez vous un déo naturel ou fait maison? Avez-vous des astuces?

A bientôt pour un bilan de mon traitement anti chute de cheuveux,

Blush and cie.

P.S : Et si le sujet de la chute de cheveux t’intéresse tu trouveras mes articles précédents sur le sujet ici et ici.

Un teint au naturel avec Une et le Docteur Hauschka

Hop un deuxième article dans la semaine pour me faire pardonner ma longue absence. On se retrouve donc avec un sujet plus « beauté » que celui de mon article publié juste avant (vous pouvez le lire  ).

Dans ma démarche de passage au Bio et au naturel j’ai eu envie de tester des produits teints Bio. Je sais qu’il aurait été meilleur pour l’environnnement que je finisse d’abord les produits non Bio que j’ai déjà mais bon que voulez vous on ne se refait pas si vite même si j’ai vraiment envie d’évoluer vers un mode de consommation plus responsable.

Je vous livre donc mon avis sur le fond de teint Eau de teint mate de Une et le correcteur Docteur Hauschka.

image

 Tout d’abord le fond de teint : il surfe sur la mode des eaux de teint, ces fonds de teint sensés être hyper légers et imperceptibles lancés en version ultra silliconées par pleins de marques de cosmétiques classiques. Ce produit n’est clairement pas imperceptible. Il a le fini poudré de beaucoup de fond de teint matifiants, en revanche il est très agréable à porter. Là où il peut vraiment prétendre au titre d’eau de teint c’est dans sa composition puisqu’il contient 20% d’eau végétale (issues de l’orange et du kiwi). Sa composition est d’ailleurs assez exemplaire avec 98,2% d’ingrédients d’origine naturelle et 37% du total des ingrédients issus de l’agriculture biologique. Il est certifié Ecocert.

« Bon et sinon il a quoi dans le ventre? » me diriez vous. Et bien écoutez je le trouve pas mal du tout. Certes le côté matifiant n’est pas très durable (mais comme avec tous les fonds de teint si comme moi vous avez la peaux grasse, celui-ci ne l’est pas moins qu’un autre) mais le rendu est très joli. Il tient bien et la couvrante est moyenne. Il vous faudra donc utiliser un correcteur en plus si vous avez des imperfections que vous souhaitez cacher. Question application? Je vous avourait que c’est là que le bas blaisse. J’ai essayé différents pinceaux : ça fait des traces. Le beauty blender? N’y songez pas, ça fait un effet pâté. Le produit semble se dissoudre complété ment peut-être par ce que sa composition est très aqueuse. Le mieux? L’application aux doigts après avoir chauffé la matière sur le dos de la main préalablement.

Verdict, on l’achète ou pas? Tout dépend de votre type de peau. Si vous avez la peau grasse ce fond de teint peut vous convenir car en plus d’être matifiant il contient de l’huile de jojoba qui équilibre la production de sébum. En revanche, si vous avez la peau sèche ou avec des zones de sécheresse j’ai lu qu’il avait tendance à marquer et je dois reconnaître qu’il a un peu marqué une zone de déshydration que j’ai eu sur la joue.

Quant au correcteur? J’essaye de consommer autant que possible français mais ne trouvant pas mon bonheur en terme de teinte je me suis tournée vers cette marque allemande. La teinte 01 est parfaite pour les peaux très claires comme la mienne. Le format de « stylo » avec un embout éponge est assez agréable même si l’application reste un peu difficile. Le produit à tendance à rester un peu sur le doigt quand on le travaille de cette manière et à pelucher. Je recommanderais plutôt de l’estomper au pinceau. La couvrante est moyenne. Il apporte un coup d’éclat mais ne suffit pas aux cernes très marquées. Je le combiné donc avec mon enlumineur Bareminerals. Pour moi il ne peut pas être utilisé pour cacher des imperfections du fait de sa texture difficile à travailler et de sa couvrance trop faible.

Le bilan de ces deux produits?

Je suis globalement satisfaite de ces produits. J’aime beaucoup le fond de teint même si il m’a fallu prendre le coup de main pour l’application. J’ai un avis un peu plus mitigé sur le correcteur qui n’est pas un mauvais produit mais que je ne rachèterai pas une fois fini.

Et vous avez vous testé ces produits? Avez vous des produits teint Bio à recommander?

A bientôt,

Blush and cie.

Une minute de fun… pour la planète!

Oula, ça fait un bail n’est-ce pas? Je peux tout expliquer. Comme vous le savez peut-être j’ai commencé à travailler début Octobre ce qui m’a valu deux semaines de déplacement à l’étranger et un rythme un peu soutenu qui a fait que j’ai eu du mal à jongler entre ma vie pro, ma vie perso et le blog. Mais me revoilà! A partir d’aujourd’hui je vais essayer d’avoir un rythme de publication plus régulier. je posterai donc un article une semaine sur deux (un week-end sur deux plus exactement).

Mais si je fais cet article ce n’est pas seulement pour vous raconter ma vie. Vous le savez sans doute mais à la fin du mois commencera à Paris un évènement de la plus haute importance : la COP 21 (ne partez pas ça il y’a une BD après) durant laquelle les chefs d’État et de gouvernement devront s’accorder sur si on va tous mourir ou pas un stratégie commune afin de limiter le réchauffent climatique à 2°C d’ici 2100.

image

Photo trouvée sur Google image, je n’ai aucun droit dessus 😉 

Je sais que certains sont agacés par le sujet (impression que les médias dramatisent, sentiment d’impuissance etc.) et je me doute bien que vous avez déjà tous entendu parler de cet évènement et que je ne vous apprends rien MAIS je voulais relayer quelques petits liens sympathiques vers des site bien faits qui expliquent les enjeux sans verser dans le sénario catastrophe et surtout nous donne des moyens d’action simples et efficaces pour agir à notre échelle (par ce que si chacun fait un peu bah ça fini par faire beaucoup). Bien sûr je sais que c’est parfois contraignant et je ne prétends pas avoir un mode de vie parfait mais je pense sincèrement qu’un grand nombre de petits efforts cumulés paieront!

Cette petite BD fort bien faite, qui explique les enjeux avec humour et propose un lien vers la pétition de la fondation Hulot (allez cliquez la BD est drôle, si si!) : Là regarde, promis c’est drôle.

Cette vidéo (courte) qui expose aussi très bien les enjeux de la COP 21 : ici

Et le site officiel qui propose des moyens d’action concrets qui chacun peut entreprendre : 

Voilà, j’espère que cet article vous aura plus. Je sais qu’un blog beauté n’est pas forcément le lieu pour parler des enjeux climatiques mais c’est mon blog, je fais ce que je veux le sujet me tient à cœur et si au moins une personne signait la pétition, appliquait les conseils du site officiel ou juste avait mieux compris la COP 21 grâce à ces liens et bah ça me ferait super plaisir :). Si c’est le cas n’hésitez pas à le signaler en commentaire.

Sur ce je vous souhaite une excellente soirée et je m’en vais vous rédiger un article beauté avec des produits certifiés Bio assez top.

A très vite,

Blush and cie.

Le démaquillage à l’huile… oui mais

Bonjour tout le monde,

Aujourd’hui je reviens avec un petit article (après le pavé de la dernière fois ça ne peut pas faire de mal me diriez vous) sur mon expérience avec le démaquillage à l’huile. J’ai entendu beaucoup de choses positives à ce sujet et notamment que cette technique permettait de limiter les imperfections, alors j’ai voulu essayer.

Après avoir testé des huiles de la cosmétique classique avec une compo dégueu ( la Loréal, la Dior et la Mixa qui contiennent des dérivés du pétrole… si vraiment vous voulez savoir c’est la L’Oréal la plus efficace selon moi et la Dior pique les yeux) j’ai eu envie de me tourner vers les huiles végétales. Lors d’un passage chez Aroma Zone j’ai choisi un macérât huileux de carottes. Ce produit 100% Bio m’attirait par son côté « riche en vitamines A et bon pour l’éclat du teint ». Pour celles qui se demandent ce qu’est un mâcérat huileux il s’agit d’une huile végétale neutre (ici de l’huile de tournesol) dans laquelle on a fait baigné un autre végétal (ici donc de la carotte). Le monoï est un macérât par exemple (huile de coco + fleur de tiaré).

image

Question utilisation: c’est efficace, ça ne pue pas, bien sûr comme toute huile végétale ça ne se rince pas à l’eau (il faut la laver ensuite avec un nettoyant).

Le gros MAIS c’est que sur moi ce macérât a été comédogène et m’a donné quelques petits boutons. Je l’ai arrêté, les boutons sont partis. Je l’ai repris et ils sont revenus. J’ai lu sur certains blogs que d’autres avaient eu le même problème avec l’huile de coco.

Si vous optez pour un démaquillage à l’huile assurez vous donc au préalable que l’huile que vous voulez utiliser n’est pas comédogène. D’après mes lectures je recommanderait plutôt l’huile de jojoba, conseillée pour les peaux grasses et à imperfections.

Et vous, avez vous testé le démaquillage â l’huile? Savez vous ce que je pourrais faire avec mon mâcérat huileux? J’ai pensé à un bain d’huile pour mon cuir cheveulu mais si vous avez d’autres idées n’hésitez pas 😉

à bientôt, Blush and Cie.

La chute de cheveux: la suite de mes aventures!

Bonjour à tous,

me voici donc de retour après un petit tour en Croatie (et de nouveaux problèmes informatiques pour être totalement transparente avec vous haha) pour vous parler de mon problème de chute de cheveux et des solutions que j’envisage à présent.

Pour rappel, j’avais fait un premier article sur le sujet où je vous annonçais que j’allais tester la cure anti-chute de René Furterer et un deuxième sur le bilan à un mois où je vous disais que ce traitement avait accéléré la chute et que je l’arrêtais là.

Quoi de nouveau depuis? Beaucoup de choses! Je suis allée voir un dermatologue qui était persuadé que j’étais carencée en fer (sauf que non d’après la prise de sang qu’il m’a fait faire). Il m’ a quand même prescrit des injections de bepanthène. Je les commencerai fin Octobre car je serai en déplacement pro au début du mois et qu’il ne doit pas y avoir d’interruption dans les injections, en attendant mon médecin traitant m’a prescrit des comprimés de bepanthéne et de biotine.

Le bepanthène et la biotine: c’est quoi?

De la vitamine B5 pour le premier et de la vitamine H (aussi appelée vitamine B8) pour le deuxième. Ce sont elles qui sont responsables de la pousse des cheveux et qui constituent sa matière (avec les autres vitamines B si je ne me trompe pas).

On les trouve dans les aliments suivants: les abats, le poisson, les légumes verts et légumineuses, les œufs, les céréales complètes, les champignons et les produits laitiers.

J’ai donc un peu ajusté mon alimentation pour qu’elle contienne plus de céréales complètes et de produits laitiers mais aussi des champignons (attention avec ces derniers, seulement une fois par semaine car ils absorbent la radio activité). Pour le reste j’en mangeais déjà pas mal, sauf les abats mais là c’est no way! Je n’utilise pas de compléments alimentaires à part les germes de blé que vous voyez sur la photo et qui sont également riches en zinc (donc bons pour ma peau grasse). Le goût n’est pas top mais dans un yaourt grec avec du miel ou des fruits rouges ça passe.

Voilà donc pour ce qui est du traitement et de l’alimentation. Si vous aussi vous perdez vos cheveux alors que vous êtes en bonne santé mon premier conseil serait de manger plus d’aliments riches en vitamines B5 et B8, et puis bien sûr de consulter un médecin.

image

Paye ta photo pourrie prise à l’i-pad… Désolée pour ça

Next Step : le changement de routine capillaire

Et là les amies/amis y’ a du gros changement! Déjà j’ai coupé mes cheveux fin août. Ils étaient longs jusqu’à l’attache du soutien gorge et je les ai coupé aux épaules pour récupérer du volume. Je précise que ce n’était absolument pas un sacrifice pour moi car j’aime bien le carré long et que c’est la coupe que je porte le plus souvent.

Le changement le plus important intervient donc dans ma routine soin. Hier j’ai utilisé l’après shampooing Timotei pure 0%, un produit de bon gros Green washing comme on les aime (ou pas) acheté un jour de déch’ où il n’y avait pas de produits Bio au super marché… et bien qu’elle erreur! Le saligot contient en effet du butylphebyl methylpropional et de l’ hexyl cinnamal. Alors dit comme ça, ça ne vous parle pas forcément mais si je vous dis que le premier est irritant et cause de l’eczéma et des allergies de contact et que le deuxième est également irritant et que je vous ajoute que j’ai fait une allergie très violente et qu’aujourd’hui encore j’ai le crâne en feux là vous verrez mieux où je veux en venir. 😉 J’ en ai mis par erreur sur mon cuir chevelu et je douille! Pour apaiser l’allergie j’ai longuement rincé à l’eau tiède puis appliqué du gel d’aloé Vera que je conserve au frigo (sur la photo : la compo totale est bio à 98.10%, 99.8% du total des ingrédients est naturel et le gel d’aloe Vera représente 98% du produit, fabriqué en France et certifé commerce équitable… Que demande le peuple?).

Suite à cette expérience j’ai eu une prise de conscience: je ne peux pas demander à mes cheveux de pousser et agresser mon cuir chevelu quotidiennement avec des produits agressifs, allergènes et nocifs. Les shampooings et autres produits capillaires classiques que j’utilise parfois contiennent trop de tensio actifs agressifs et de composants irritants pour que me cheveux poussent de nouveau. Je passe donc au tout Bio et tout naturel pour les cheveux de façon définitive et stricte à partir d’aujourd’hui.

Ma nouvelle routine est donc composée des produits suivants:

  • un lavage sur deux, le shampooing Natessance de Léa Nature pas parfait (je ne le rachèterai pas) car il contient des agents occlusifs (un peu comme les silicones si vous voulez) et un composant proche des PEG mais je le terminerai quand même car les agents lavants (tensio actifs) sont doux et que son bilan sur le site lavéritésurlescosmétiques.com est plutôt clean (si ça vous intéresse je peux vous faire un article sur ce site et comment faire le bilan d’un produit dessus 😉 ),
  • un lavage sur deux, le shampooing Ballot-Flurin au miel à la compo juste parfaite,
  • après le lavage, la lotion au vinaigre de framboise Centifolia qui est certifiée bio par cosmébio
  • et le gel d’aloé Vera pour apaiser le cuir chevelu de temps à autre.

Je n’utiliserai plus d’après shampoing car j’ai les cheveux gras donc mon sébum naturel devrait suffire à les nourrir et la lotion au vinaigre démêlera. Pour ce qui est des peignes et brosses, j’utiliserai maintenant exclusivement mon peigne en corne et ma brosse en poil de sanglier (ce qu’il y a de mieux pour les cheveux) et plus ma tangle teezer car le plastique n’est pas bon pour les cheveux.

Voilà, désolée pour le pavé mais je pense que le sujet intéresse pas mal de monde (l’article sur le traitement René Furterer est le plus lu sur le blog) et je voulais partager avec vous cette prise de conscience. Bon courage à toutes celles qui perdent leurs cheveux, des solutions existent aussi bien naturelles que médicales!

Avant de vous laisser deux petites liens:

Les cheveux de Mini : la papesse du cheveux au naturel que vous connaissez sans doute. Elle va vraiment au bout de sa démarche naturelle ce qui peut rebuter un peu les gens qui n’ont pas cette sensibilité la (perso je trouve ça plutôt intéressant) mais elle est très callée niveau cheveux et ses articles sur le Green washing et le match produits de grandes surfaces vs produits professionnels intéresseront même ( surtout!) ceux qui ne consomment pas de produits Bio.

La vérité sur les cosmétiques : pour décrypter les listes d’ingrédients de produits (liste INCI)

A très vite, Blush and cie.

Les ingrédients nocifs dans les cosmétiques : on en parle?

Bonjour, bonjour,

dans ma description du blog je vous avais dit que j’appréciais particulièrement les produits bio et naturels et pourtant je n’ai pas encore beaucoup parlé du sujet sur le blog. J’ai donc décidé de rattraper le coup avec un article sur le pourquoi de cet intérêt pour les cosmétiques naturels.

400_263_becher-chimie

On mélange et paf, ça fait du make-up!

 J’ai commencé à m’intéresser de façon active aux cosmétiques il y’a environ trois ans. Avant ça je me maquillais et j’utilisais des produits soin mais je n’étais pas du tout une beauty addict. Et c’est en regardant des vidéos youtube/lisant des blogs que j’ai découvert une réalité effrayante: il y’a des cochonneries dans les produits de beauté! J’ai d’abord commencé à traquer les parabens, puis l’huile minérale, les silicones dans les shampooing… et j’ai fini par m’intéresser au Bio et au naturel.

Je n’ai pas de formation en chimie mais à force de me renseigner sur internet et de croiser les sources je pense pouvoir vous proposer un petit aperçu bien documenté (mais bien sûr pas exhaustif) de cette épineuse question.

  • Les produits dont il faut se méfier et pourquoi les éviter:

Au banc des accusés des substances nocives pour l’environnement, souvent cancérigènes, neuro-toxiques et perturbatrices sur le plan endocrinien et hormonal tels que le BHA et le BHT,les parabens (les fameux), les produits qui finissent en DEA, le Dibutyl Phthalate, les colorants venant du goudron de houille (« P-PHENYLENEDIAMINE » et ces copains  commençant par CI puis suivi de cinq chiffres),les huiles minérales, les polymères (PEG, PPG), le Phenoxyethanol.

Et pleins d’autres… il n’y a qu’à tapper « produits nocifs cosmétiques » dans un moteurs de recherche pour se rendre compte de l’ampleur de la chôze! Je ne vais pas faire de liste trop détaillée ici, il y’en a beaucoup de très bien sur des sites fiables et cela n’apporterait pas beaucoup.

Laboratory

  • Comment les éviter 

Deux solutions: soit vous lisez attentivement les listes d’ingrédients sur vos produits… soit vous ne vous « cassez pas la tête » et vous passez au tout Bio.

Pour lire les listes de produits: sachez que les ingrédients sont classés peu ou prou par ordre d’importance dans la composition (au % prés). En général les cinq premiers produits de la liste représentent environ 70% de sa composition. Apprenez à repérer vite les compos crados, une astuce perso? Quand il a beaucoup de noms en -one, -ane, des PEG, PPG, des trucs en methyl-, propy- … ça sent pas bon! A l’inverse si il y’a beaucoup de noms en latin c’est plutôt bon signe. Pourquoi? Parce qu’il s’agit probablement de noms scientifiques de plantes ou autres ingrédients naturels (sauf « parrafinum liquid » qui est de l’huile minérale et « petrolatum » mais celui-là vous vous en serez douté 😉 ) .

  • Le « green washing »

Suite à de nombreux reportages sur le sujet des composants toxiques dans les cosmétiques beaucoup de marque ont voulu mettre en avant leur côté green… parfois purement marketing. Quelques petites astuces pour éviter d’être le dindon de la farce pétrochimique:

  1. Sachez que d’écrire « naturel », « végétal » , « fait main » ou je ne sais quoi sur un packaging n’engage à rien légalement France, préférez les labels Bio qui eux imposent des contraintes légales aux marques en terme de composition.
  2. De même, une marque peut très bien écrire qu’un produit est « aux extraits d’amande douce » (par exemple) sur le packaging… alors que le produit n’en contient que 0,01%, tant qu’il y’a de l’amande douce au niveau légal c’est bon. Pour éviter de se faire piéger regarder quelle place occupe l’amande douce (ou autre) dans la liste des ingrédients.
  3. Enfin, même certifiés Bio tous les produits ne se valent pas, regardez les pourcentages de composants naturels et issus de l’agriculture biologique, normalement c’est indiqué et vous verrez qu’un même label peut désigner des réalités bien différentes.
  • Passer au Bio oui mais…

le Bio ne convient pas à tout le monde. Sachez que les produits bio contiennent souvent des huiles essentielles (interdites aux femmes enceintes ou allaitantes et parfois allergènes) et aussi du parfum (pas extraordinaire pour les peaux sensibles). Passer au Bio peut également être difficile dans un premier temps car les textures, odeurs, packaging sont vraiment différents de la cosmétique classique. Prenez le temps de choisir un produit que vous aimerez utiliser sinon vous risquez de faire un blocage et laisser tomber.

  • Petite note aux voyageuses

Lorsqu’on voyage et que l’on est beauty addict il est très tentant de ramener des produits locaux, quelques petites choses à savoir toute fois si vous sortez de l’Union Européenne.

  1. Faites bien attention lorsque vous achetez un produit « artisanal » à vérifier les conditions d’éthique et d’hygiène dans lesquelles il a été fabriqué. Si exploitation de plantation il y’a, celles-ci sont elles respectueuses de l’environnement et de la biodiversité locale?
  2. Alors oui il y’a des trucs crados dans nos produits mais sachez que nous sommes mieux protégées/protégés que dans certains pays. Par exemple aux US seulement 8 substances sont interdites dans les cosmétiques contre… 1373 en Europe.
  3. Si le label Bio est assez contraignant en Europe et oblige à être examiné par un organisme indépendant dans certains pays un produit peut être appelé Bio sans l’être. Je m’explique, aux US (oui encore mais c’est un pays dans lequel j’ai vécu donc que je connais bien ;)) vous pouvez appelé votre produit « organic » sans qu’il porte le logo « USDA organic » chose impensable en Union Européenne.

Voilà, encore un article bien long. Je pense vous préparer bientôt des idées make-up et aussi une petite revue de plusieurs produits naturels et Bio que j’ai pu tester.

A très vite,

Blush and cie.
Lire la suite